Équipement et accessoires de la pétanque

Outre les boules de pétanque de compétition bien sûr, il existe un équipement spécifique obligatoire et différents accessoires facultatifs afin de pratiquer la pétanque et se faciliter le jeu sur les boulodromes. Petite revue d’effectif en détails.

Le but (ou cochonnet)

Élément central du jeu et donc bien évidement obligatoire, le but répond lui aussi à certaines caractéristiques afin d’être homologué par la FIPJP. Il doit être conçu en bois ou en plastique et doit respecter une taille et une tranche de poids précis :

  • Diamètre : 30 mm (tolérance de +/-1 mm)
  • Poids : 10 à 18 g

En bois, bruts, vernis ou laqués

Les buts en buis sont recommandés pour leur densité permettant une bonne maîtrise du lancer. Ils peuvent être simplement utilisés bruts, vernis ou bien laqués. On peut également y retrouver différents logos et même des dessins. Cependant, en jouant, vernis et peinture finissent obligatoirement par s’abimer rapidement.

Il existe également des peintures fluorescentes permettant de mieux voir le cochonnet à la tombée de la nuit, pour les parties interminables et les pétanqueurs les plus acharnés.

Le but en hêtre est moins dense et donc plus léger, moins facile à contrôler et diriger lors du lancer. Mal-aimé à juste titre, ce type de bouchon a de plus la fâcheuse manie de trop se balader sur l’aire de jeu au moindre contact avec une boule.

En bois, personnalisés

Il est possible de personnaliser des buts en choisissant sa couleur de base mais surtout en y faisant figurer par exemple le nom et la date d’un évènement par exemple, le nom d’un club et même un logo ou toute autre inscription selon vos envies et votre imagination.

Chez certains acteurs, il est possible de personnaliser son cochonnet en petite et grande série. A partir de 3 pour démarrer et jusqu’à plusieurs milliers pour les grands évènements type La Marseillaise à pétanque.

En résine synthétique, colorés et en relief

Imaginés et fabriqués par MS Pétanque, le but synthétique offre des comportements différents au lancer comme lors de ses éventuels déplacements au cours du jeu. Bleu, jaune, rouge, vert ou rose, ces buts sont teintés dans la masse et leur couleur ne s’estompe pas à l’usage. Ils possèdent également un relief composé de picots rappelant le première modèle de boules Tortue de la marque.

En composite, ramassable par aimant

Attention, tous les buts aimantés ne sont pas homologués pour le jeu en compétition par la FIPJP, c’est le cas de ceux en bois. Ceux imaginés et brevetés par Obut sont conçus en composite et sont agréés pour la compétition officielle.

Ils peuvent être donc facilement ramassé via un lève-boules aimanté classique afin de ne pas se baisser et se fatiguer mais ils offrent également un comportement légèrement différent par rapport à leurs homologues en bois avec notamment un rebond amoindri et donc moins aléatoire lors du lancer.

Le cercle de lancement

Autrefois exclusivement tracé à même le sol, entre 35 et 50 cm de diamètre d’après le règlement officiel, le cercle de jeu où le joueur doit rester les pieds immobiles, les pieds tanqués (d’où le nom « pétanque »), s’est lentement mais sûrement matérialisé ces dernières années.

Le cercle de jeu matérialisé

Aujourd’hui, ces ronds en plastique se sont largement démocratisés grâce à leur recours systématique à l’occasion des compétitions de haut-niveau télévisées notamment. Habituellement de couleur rouge, cette aire de lancer est également disponible en bleu, jaune ou noir. Cela permet aux spectateurs comme aux boulistes de le localiser facilement. Enfin, cela évite également de se tromper de cercle, ce qui peut arriver lorsque plusieurs cercles ont été tracés et qu’il a été oublié d’effacer ceux déjà utilisés.

Afin d’être agréés par la FIPJP, les cercles de jeu matérialisés doivent mesurer 50 cm de diamètre à l’intérieur, être rigides. Généralement d’un bloc immuable, ils sont optionnellement pliables aussi pour un gain de place au rangement et un transport plus aisé. Pour l’homologation, ces derniers doivent rester parfaitement inflexibles une fois dépliés.

La bagagerie

Élément essentiel pour stocker, ranger et transporter ses boules de pétanque, la bagagerie pour le pétanqueur et ses boules propose différentes solutions comme notamment la sacoche classique ou revisitée, le coffret en bois et le sac pour bouliste. Chaque type d’équipement offrant différentes options.

Pour en savoir, voir la page : Bagagerie pour boules de pétanque

Le mesureur

Indispensable pour mesurer la distance entre les boules et le but, savoir à qui revient le(s) point(s) et éviter tout litige au cours d’une partie, c’est l’accessoire par excellence à la pétanque. Pour cela, il existe plusieurs outils. Mais avant d’en parler dans le détail, petit rappel du règlement.

Rappel : mesure de points

Voir Article 26 du règlement officiel de la pétanque (.PDF) (adopté par le Comité Exécutif le 04 décembre 2016) :

Les mesures doivent être effectuées avec des instruments appropriés, chaque équipe devant en posséder un.

Il est notamment interdit d’effectuer des mesures avec les pieds.

Le mètre ruban (ou déroulant)

Classique et largement adopté, le mètre ruban permet de se faire rapidement une idée précise sur quelle boule est la plus proche du cochonnet, au millimètre près. Pour information, la mesure démarre depuis l’extrémité de la boule, en son milieu, et se termine à l’extrémité du but, et non à son aplomb qui reste toujours subjectif.

Le mètre déroulant peut mesurer jusqu’à 1, 2 (double-mètre), 3 (triple-mètre) et 5 mètres. Il existe l’option décamètre (10 mètres), plus lourd et encombrant, qui permet de juger de la distance réglementaire entre le but et le cercle de lancement également (rappel de la distance minimale et maximale pour le lancer du but à la pétanque : entre 6 et 10 mètres).

Il est conseillé d’opter pour minimum 3 mètres et d’éviter les mètres trop compactes qui n’offrent pas assez de stabilité au niveau du ruban lui-même au moment de mesurer.

Le mètre à tirette

Réservé aux joueurs avertis, le mètre à tirette ressemble à une règle pliable en plusieurs parties et équipée à l’une de ses extrémités d’une tirette permettant de comparer la distance avec plus de précision qu’un mètre classique au millimètre. Il est spécialement réservé aux jeux de boules.

Généralement, il est de sortie lorsque le point est jugé nul avec un mètre classique. Le mètre à tirette totalement déplié est de 1 mètre de long et la tirette est de 10 cm.

Le marqueur de score

Parfois, au long d’une compétition, à force de répéter les efforts et de se concentrer tellement sur le jeu, la tactique à mettre en place et la technique à appliquer, il arrive d’oublier le fil de la partie d’avoir un doute sur le score en cours, d’oublier une mène.

Le marqueur de score peut être alors d’une grande aide pour ce genre de situation. Il permet de marquer ses propres points comme les points de l’adversaire pour ne jamais se tromper mais également contrer d’éventuelles tricheries et autres mauvais perdants.

La chiffonnette (ou essuie-boules)

La chamoisine en microfibre est la référence en la matière, elle permet de parfaitement nettoyer et retenir la saleté de sa triplette préférée de part sa nature dépoussiérante et absorbante. Une chiffonnette en chamoisine mesure généralement 20 x 20 cm. Résistante, elle se lave facilement en machine. Voir aussi le sujet sur l’entretien des boules de pétanque.

Sur les terrains de pétanque, on observe parfois les joueurs légèrement humidifier leur chiffon afin d’attraper encore plus la poussière pour rendre intacte la boule ainsi nettoyée mais attention : il est interdit de mouiller les boules (et le but) d’après le règlement. En effet, l’eau pourrait intervenir sur son comportement en cours de jeu.

Le ramasse-boule (ou lève-boule)

Facultatif au même titre que la chamoisine, le ramasse-boule est après celle-ci l’accessoire le plus rencontré sur les terrains de pétanque. Il n’est pas réservé aux joueurs d’un certain âge et permet de ramasser les boules sans effort afin de préserver toute son énergie physique comme nerveuse pour les consacrer entièrement au jeu. Il permet également de soulager les dos fatigués en récupérant ses boules directement en main sans avoir à se baisser par magnétisme.

Il est préférable d’opter pour un grand modèle, robuste,, qu’un modèle de base, d’entrée de gamme, qui parfois voit son aimant se désolidariser de l’objet et rester collé à la boule restée au sol.

A noter que le ramasse-boule fonctionne uniquement avec des boules en acier inox ou en acier au carbone. Les boules en cuivre ou en bronze ne peuvent donc pas être ramassées par aimantation.

 

admin